LOWRY (M.)


LOWRY (M.)
LOWRY (M.)

LOWRY MALCOLM (1909-1957)

Né dans le port anglais de Birkenhead, Malcolm Lowry s’engage à dix-huit ans comme steward pour aller jusqu’en Chine, et il interrompt ensuite ses études à l’université de Cambridge pour s’embarquer comme chauffeur sur un cargo. Ce goût des voyages, dont le court roman Ultramarine (1933) est le reflet, le mènera en France, aux États-Unis, au Mexique, au Canada; mais sa plus grande aventure sera celle de son roman Au-dessous du volcan (Under the Volcano , 1947). Il commence à y travailler au Mexique en 1936, mais il le remanie pendant dix ans. En 1941, la première version est refusée par tous les éditeurs; Lowry la réécrit au Canada, mais il en perd le manuscrit dans un bar; la troisième version périt dans l’incendie de sa maison, et c’est la quatrième version qui sera publiée à la fois aux États-Unis et en Angleterre en 1947. Ce roman est une somme dont Lowry dit lui-même: «On peut le prendre pour une sorte de symphonie, ou encore une sorte d’opéra, ou même pour un opéra western; c’est du jazz, de la poésie, une chanson, une tragédie, une comédie, une farce... c’est une prophétie, un avertissement politique, un cryptogramme, un film loufoque et un Mané, thécel, pharès . On peut même le prendre pour une sorte de machinerie: et elle fonctionne, soyez-en sûr, car j’en ai fait l’expérience.»

Divisé en douze chapitres (douze: nombre des heures de la journée, des mois de l’année et chiffre mystique pour la Kabbale), le livre commence en novembre 1939, au Mexique, le jour des Morts, un an exactement après les événements qui vont être relatés dans les onze autres chapitres et qui décrivent la dernière journée du consul anglais Geoffrey Firmin et de sa femme, Yvonne, qu’il retrouve après une pénible séparation. Chacun des lieux traversés par le consul pendant ses pérégrinations alcooliques, depuis le casino de la Selva, ou la cantina El Bosque (allusions à la forêt sacrée de Dante) jusqu’au terrible ravin de Parián où il meurt, représente une étape dans sa traversée de l’Enfer, le jardin abandonné symbolisant le Paradis perdu, où il cherche en vain à rejoindre sa femme. Ce livre devait d’ailleurs former le volet «Enfer» d’un triptyque, comportant un «Purgatoire» et un «Paradis», que Lowry ne réussit jamais à achever. Roman de l’alcool et de l’amour impossible, Au-dessous du volcan raconte une histoire pathétique que l’on peut lire à un seul niveau, mais, pour peu qu’on veuille prêter quelque attention aux allusions innombrables que l’auteur y a mises, le livre devient d’une profondeur fascinante. Même si elle lui permet de fuir les souffrances de la vie, la soif d’alcool du consul est d’abord une soif de savoir, une soif métaphysique; c’est par l’alcool qu’il se fait voyant, dans le sens rimbaldien du mot. Lowry s’explique ainsi: «Dans la Kabbale, l’abus des pouvoirs magiques se compare à l’ivresse ou abus du vin, appelé en hébreu sod , ce qui nous permet l’analogie. L’un des attributs du mot sod implique aussi l’idée de jardin, ou de jardin abandonné, car la Kabbale est parfois considérée comme le jardin lui-même ayant en son centre l’arbre de Vie.» L’autre grand symbole du roman est celui de la Roue, à la fois cette Grande Roue installée sur la place pendant la fête des Morts, roue du Temps, qui permet de remonter de 1939 à 1938, et roue du Bouddha, qui représente la vie; elle est la structure centrale du roman, dans son mouvement circulaire. Le lecteur est entraîné dans la ronde infernale du consul, ronde ponctuée de phrases refrains: «No se puede vivir sin amar » (Nul ne peut vivre sans amour), ou l’obsédante inscription du jardin public: «Ce jardin vous plaît-il? Il est le vôtre! Empêchez vos enfants de le détruire!» que le consul transforme en «Nous expulsons ceux qui détruisent», et qu’il voit comme un jugement sur lui-même. Les épisodes renvoient les uns aux autres, chaque détail étant significatif et préfigurant le drame final. La disparition même des protagonistes n’est qu’un accident et n’empêche pas que les vraies questions restent posées. L’amour est-il possible? L’homme peut-il assurer son salut? Le Mexique, carrefour de plusieurs races, marqué d’une véritable religion de la mort, paraît le lieu idéal où situer ce combat spirituel d’un être contre les puissances des ténèbres et de la lumière.

Ce livre touffu, véritable forêt de symboles, est celui où Lowry s’exprime le plus totalement: le consul, c’est bien l’auteur lui-même, si l’on en juge par ses lettres ou par ses autres livres, où reviennent sans cesse les mêmes thèmes. L’un de ces livres, publié en 1969, après la mort de Lowry, raconte l’histoire de la composition du Volcan : Sombre est la tombe où repose mon ami (Dark is the Grave Wherein My Friend is Laid ). Les recueils de nouvelles Écoute notre voix, O Seigneur (Hear Us, O Lord from Heaven Thy Dwelling Place , 1961), ou de poèmes ne peuvent faire oublier Au-dessous du volcan .

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Lowry — ist der Familienname folgender Personen: Dave Lowry (* 1965), kanadischer Eishockeyspieler Dick Lowry (* 1944), US amerikanischer Regisseur und Produzent Henry Berry Lowry (1845 ?), US amerikanischer Anführer im Lowry Krieg Henry Thomas Lowry… …   Deutsch Wikipedia

  • Lowry — may refer to:PeopleIrish families of the Lowry, Lowery, or Lavery name descend from the O Labhradha, a sept of the province of Ulster anciently. In the later days they are found in County Down near Moira.Three branches of the name are of record.… …   Wikipedia

  • Lowry — puede significar: Contenido 1 Personas 1.1 Autores de nombres botánicos 2 Lugares 2.1 Estados Unidos …   Wikipedia Español

  • Lowry — Lowry, SD U.S. town in South Dakota Population (2000): 10 Housing Units (2000): 6 Land area (2000): 0.240569 sq. miles (0.623071 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.240569 sq. miles (0.623071 sq.… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Lowry — (Lore), übliche Bezeichnung für oben offene, zur Beförderung von Kohlen, Kies u. dergl. dienende Eisenbahnwagen. Früher war der Name insbesondere gebräuchlich für Niederbordwagen (vgl. a. Erdförderwagen, Bd. 3, S. 491), bezw. weil diese Wagen… …   Lexikon der gesamten Technik

  • Lowry, MN — U.S. city in Minnesota Population (2000): 271 Housing Units (2000): 122 Land area (2000): 0.371397 sq. miles (0.961914 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.371397 sq. miles (0.961914 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Lowry, SD — U.S. town in South Dakota Population (2000): 10 Housing Units (2000): 6 Land area (2000): 0.240569 sq. miles (0.623071 sq. km) Water area (2000): 0.000000 sq. miles (0.000000 sq. km) Total area (2000): 0.240569 sq. miles (0.623071 sq. km) FIPS… …   StarDict's U.S. Gazetteer Places

  • Lowry — Lowry, Malcolm Lowry, Thomas M …   Enciclopedia Universal

  • Lowry —   [ laʊərɪ],    1) Clarence Malcolm, englischer Schriftsteller, * Wallasey 28. 7. 1909, ✝ Ripe (County East Sussex) 27. 6. 1957; fuhr als Achtzehnjähriger zur See und verarbeitete diese Erfahrung in seinem ersten Roman »Ultramarine« (1933;… …   Universal-Lexikon

  • Lowry — Low ry, n. An open box car used on railroads. Compare {Lorry}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.